Marguerite Yourcenar, la première femme à intégrer l’Académie française

Marguerite Antoinette Jeanne Marie Ghislaine Cleenewerck de Crayencour a pour pseudonyme Marguerite Yourcenar. C’est une romancière, autobiographe, nouvelliste, poétesse, traductrice, essayiste et littéraire française.
Elle est née le 8 juin 1903 à Bruxelles. Elle est la fille d’une mère belge et d’un père français. Elle perd sa mère quelques jours après sa naissance. Marguerite est donc élevée par son père, grand voyageur et anti-conformiste, et passe son enfance dans la propriété de sa grand-mère paternelle dans le Nord de la France.

Bien que n’ayant jamais mis les pieds à l’école du fait de ses nombreux voyages, elle obtient son baccalauréat latin-grec à Aix-en-Provence.
À l’âge de 18 ans, elle publie son premier poème, Le Jardin des chimères. Elle essaye différents genres littéraires et décide de publier en 1929 son premier roman Alexis ou le Traité du vain combat, il raconte l’histoire d’un musicien célèbre qui avoue à sa femme son homosexualité et lui fait part de son désir de la quitter.

Marguerite Yourcenar part aux États-Unis, s’installe sur l’île des Monts Déserts et obtient la nationalité américaine en 1947. L’auteure alterne alors périodes d’isolement sur son île et grands voyages, qui alimentent son inspiration. Dans ses écris, elle aborde principalement les thèmes de la sexualité et les relations sentimentales.
En 1951, Marguerite Yourcenar publie Mémoires d’Hadrien. Ce nouveau roman est historique, et connaît un succès à l’échelle internationale. Après son roman, elle obtient le statut de grand écrivain. Le 6 mars 1980, Marguerite Yourcenar devient la première femme à intégrer l’Académie française, où elle siège jusqu’à sa mort le 17 décembre 1987 à l’âge de 84 ans.

Le 6 mars 1980, Marguerite Yourcenar est élue à l’Académie française. Succédant à l’écrivain Roger Caillois. Elle devient ainsi la première femme à intégrer cette institution. Malgré le fait que d’autres femmes avaient déjà candidaté, l’Académie Française restait jusque-là un bastion réservé aux hommes.
Marguerite Yourcenar a eu beaucoup de difficultés pour entrer dans le cercle de l’Académie française malgré le fait qu’elle ait obtenu le Grand Prix de littérature de l’Académie Française en 1977 avec Mémoires d’Hadrien. Son admission a provoqué de vives critiques, les académiciens ne voulaient pas d’une femme dans leurs rangs. Toutefois l’auteure est soutenue par Jean d’Ormesson, écrivain à l’initiative de sa candidature qui défend son admission au sein de la Coupole. Il a permis de confirmer le talent d’exception de l’auteur, et l’élection est une véritable consécration littéraire pour Marguerite Yourcenar.
L’élection de Marguerite Yourcenar a marqué un pas important pour la reconnaissance des femmes dans la société. Depuis son élection, d’autres femmes ont été élues à l’Académie française : Béatrix Beck et Danièle Sallenave.

Marguerite a siégé à l’Académie française jusqu’à sa mort, le 17 décembre 1987 à l’âge de 84 ans.

En savoir plus sur Marguerite Yourcenar :

BOURDET, Denise, Pris sur le vif – Marguerite Yourcenar, Paris, éd. Plon, 1957

SAVIGNEAU, Josyane, Marguerite Yourcenar : l’invention d’une vie, Paris, Gallimard, 1990

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Traduction

Translate