Journées SLAM

Dernière mise à jour le 21 juin 2021

En mars et en mai dernier, deux groupes d’une dizaine de demandeurs d’emplois de l’Aisne ont participé à deux journées d’ateliers slam, inspirés par l’univers de Jean de La Fontaine et de Paul Claudel. Les participants ont pu ainsi découvrir et pratiquer le slam avec des intervenants artistes professionnels, tout en prenant possession de lieux culturels de proximité.

Une troisième journée sera programmée avant fin 2021 à la maison natale de Condorcet, en partenariat avec la médiathèque de Ribemont.

Action réalisée en partenariat avec :
la Bibliothèque Départementale de l’Aisne,
l’ADF (Avenir Développement Formation),
IRFA (Institut Régional pour la Formation d’Adultes),
les Chantiers d’insertion de l’Omois,

et le soutien financier de la Drac Hauts-de-France et du Département de l’Aisne.

Structures participantes :
maison Camille et Paul Claudel (Villeneuve-sur-Fère),
centre culturel Camille Claudel (Fère-en-Tardennois),
musée Jean de La Fontaine (Château-Thierry),
médiathèque Jean Macé (Château-Thierry),
la Biscuiterie et U stud pour les enregistrements (Château-Thierry).

Autour de Jean de La Fontaine

  • Les participants ont appris à connaître la vie et l’œuvre de Jean de La Fontaine grâce aux visites de la médiathèque Jean Macé et du musée Jean de La Fontaine.
  • Puis, le 26 mars, au musée Jean de La Fontaine, suite à une séance de réflexion riche en échanges, le groupe a commencé la rédaction de petits textes le matin, encadré par la slameuse Yas et par Xavier Lelièvre de La Biscuiterie. L’après-midi fut consacré au partage, à la mise en voix et à l’enregistrement de ces écrits.

Voici la restitution de leur travail :

 

Et voici l’extrait d’un des échanges de cette journée :

****

Autour de Paul Claudel

  • Au préalable, les visites de la maison Camille et Paul Claudel et de la médiathèque du centre culturel Camille Claudel ont permis de présenter Paul Claudel et son œuvre aux participants.
  • La journée du 17 mai a été consacrée à la création de textes de Slam, à la médiathèque du centre culturel Camille Claudel. Chaque participant a ainsi pu aboutir à la création d’un texte le matin, ensuite déclamé et enregistré l’après-midi, avec l’encadrement de Laurent Etienne, des ateliers slam.com.

Voici la restitution de leur travail :

 

 

« L’affamée »

Groupe des affamés ( Isabelle, Noam, Séverine)

Ça fait longtemps que personne ne m’a vue.

L’année dernière, pourtant, ils étaient nombreux à être venus.

Ouais, bon, pas si nombreux que ça, t’as vu !

Pourquoi ils s’approchent pas ?

Ils sont où tous ces gens-là ?

A part, peut-être les enfants qui sont pantois devant moi.

Avec mes côtes saillantes,

On me trouve pathétique.

Et pourtant,

J’ai un côté sympathique.

Et, cerise sur le gâteau,

J’ai même pas de tiques.

On m’appelle L’affamée

Ou la chienne rongeant un os.

Autant de pseudos pour ma renommée.

Mais vous savez, j’ai vraiment rien d’un molosse.

Camille m’a sculptée.

Mais le résultat est d’une laideur !!!!

Les gens préfèrent regarder les valseurs.

Ils n’ont pourtant aucune pudeur.

A force d’être délaissée,

J’ai pour seuls sentiments haine et rancœur.

J’ai poussé un coup de gueule.

Sur leurs visages, tellement de stupeur,

Ils me prennent vraiment pour une œuvre mineure.

Un espoir : quitter l’ombre de la nuit.

Sortir du placard et de ce putain de cauchemar.

Ne plus être dans l’ombre d’autrui

Et en finir avec l’ennui.

 

***

« Piquer Piquer Piquer »

Groupe des toqués (Sandrine, Aurélie, Stéphanie, Andy)

Piquer- Piquer- Piquer

Elle a commencé par l’oreille

Et ou oublié mes orteils

Piquer- Piquer- Piquer

Elle m’a tordu le cou

Et plié mon genou

Couper- Couper- Couper

Il me manque l’avant-bras

Je suis dans de beaux draps

Couper- Couper- Couper

Elle m’a laissé un bout de bidon

Quitte à couper, elle aurait dû couper le bon bout

Taper- Taper- Taper

Sur mon dos courbé

Je me sens tailladé

Taper- Taper- Taper

Mon corps s’est disloqué

Je me sens oppressé

Tailler –Tailler- Tailler

Pour réparer ma cuisse amochée

Et façonner mes petits pieds

Tailler –Tailler- Tailler

Ses ciseaux chatouillent mon nez

A m’en faire éternuer

Lisser- Lisser- Lisser

Je sens ses mains pleines de douceur

Qui me procurent de la chaleur

Lisser- Lisser- Lisser

Ses cheveux, ma joue caresse

Terminant un travail tout en finesse

***

« Entre ombre et lumière »

Groupe des goupirs (Brigitte, Annie, Madeleine)

Entre ombre et lumière au milieu des rochers de la Hottée du diable une jeune fille danse la valse sur le sable blanc.

Le creux d’une coquille qui reflète l’ombre des bouleaux attend les baigneuses.

Une femme assise et qui regarde le feu d’où jaillit la flamme rouge et tournoyante

Bonheur qui disparaît de cette lueur qui s’enfuit en cendres.

 

***

« On en a soupé »

Groupe des punis ( Daniel, Florence, Hyppolite le danseur (nom de slameur) Philippine)

On en a soupé du Camille Claudel !

Isa est venue nous voir à la formation et nous a donné beaucoup d’informations.

C’était bien, c’était intéressant.

Puis on a vu le film de…3heures

C’est devenu ennuyant !

On n’en peut plus de Camille Claudel

Avec nous, c’est possible, si ça dure pas longtemps.

Mais là, au bout d’une semaine, c’est devenu barbant ;

Au début, on voulait la voir la Hottée du diable

Mais là on est en difficulté

Car 73 diapos on a dû digérer !!!

Finalement, aujourd’hui, on avait mis ça de côté.

Le slam, on découvre.

Mais s’il vous plaît

Changez de sujet !!

En fait Camille, elle va pas nous lâcher.

Pour nous Les Claudel,

C’était la maison de retraités

Et finalement la salle des fêtes et le nom de famille

On ne peut plus les blairer

Comme dit Laurent, je suis une bonne française

J’ai rien à dire de Camile Claudel

Alors qu’elle ramène surtout pas sa fraise.

Le slam, normalement c’est libre.

Mais finalement encore un sujet imposé car on nous oblige

Si on avait dû développer un sujet

On aurait pu parler sport, chasse, cinéma

On est des passionnés, quoi !!!

En plus, ce n’est pas fini !

Nos collègues, on n’a rien contre elles

Mais l’exposé, c’est encore les Claudel

Et à l’infini

Aujourd’hui, on vide notre sac

On a trouvé un autre moyen d’expression

Et sans se faire d’illusions,

Nous restons ouverts,

Avec notre humour à votre disposition.

Il y avait du café,

Mais pas de croissants, c’était flippant

On aurait aimé que ce soit au moins intéressant

Dominique, heureusement que t’es là

Mais la prochaine fois, ne nous punis pas

Et laisse Claudel chez toi

Allez, on en reste là

Alors merci et à demain, hein.

Retour en haut